Retour au format internet
Martine Callu, poème Première publication: 22 septembre 2013

par Martine Callu


Lui m’évite soudain

guette la soudaineté
papillon plume musaraigne

bondit arc de lune

chat noir dans la nuit

luit

Chat des contrées incertaines Où meurt ce qui pousse droit La flèche d’airain L’arbre centenaire
Fuirait-il si je m’approchais du miroir de ses yeux jaunes comme l’or des saisons révolues

Du marronnier les giboulées ont brisé la floraison
Ce printemps de cristal

Imprimer



Le texte demeure propriété de l'auteur .© temporel.fr
http://temporel.fr | contact@temporel.fr