Retour au format internet
Jean-Marc Sourdillon, par Anne Mounic Première publication: 26 septembre 2011

par Anne Mounic


Jean-Marc Sourdillon, Les Miens De Personne. Préface de Jean-Pierre Lemaire. Lavis de Gilles Sacksick. Paris : La Dame d’Onze Heures, 2010.


Comme le suggère Jean-Pierre Lemaire dans sa préface, « Le Chœur à venir », le poème est, pour Jean-Marc Sourdillon, une réponse au « balbutiement » du monde, réponse qui nous fait naître à nouveau.

« Au commencement
est l’écoulement de l’eau,
l’origine des bruits. »

De l’écoute se déduit l’espace, « un espace immense / vaste comme les plaines et comme les fleuves ». Les lavis de Gilles Sacksick accompagnent comme des ombres bienveillantes le déploiement de cette demeure poétique.

Imprimer



Le texte demeure propriété de l'auteur .© temporel.fr
http://temporel.fr | contact@temporel.fr