Temporel.fr

Accueil > à l’oeuvre > David Gascoyne, par Roger Scott, traduit par Michèle Duclos

David Gascoyne, par Roger Scott, traduit par Michèle Duclos

22 avril 2020

par Michèle Duclos

Introduction

I found this draft of David Gascoyne’s unpublished poem, A White Rose, in his ‘Commonplace Notebook 1948’, which is in the Beinecke Library, Yale University. After transcription and a first reading, the name of the American poet, John Crowe Ransom, came immediately to mind together with the titles ‘The Rose’, ‘Roses’, ‘The Four Roses’ and, more particularly, the sonnet ‘Piazza Piece’.

Throughout the wartime period 1939-45 and after, Gascoyne collected work by American poets, gave poetry readings in London under his stage name, ‘David Emery’, and kept records of the poets and poems he chose in various notebooks. American poets figure largely. [1]

Ten programmes for readings are listed in one of Gascoyne’s earlier notebooks dated 1941 (which includes entries up to 1944) ; ‘American Poetry I, for example, lists : [Walt]Whitman, [Emily] Dickinson, [Robert] Frost, [Robinson] Jeffers, Ransom, [E.E.] Cummings. He recorded buying Ransom’s Grace After Meat (1924) in Zwemmer’s London bookshop on 29 June 1944. Later, in another notebook, ‘Venice 1950’, he selected Ransom’s Eclogue’, ‘Crocodile’ and ‘Piazza Piece’ for a London reading.

It is true that Gascoyne’s deep engagement with 20th century American poetry, particularly work by Crane, Wallace Stevens and Jeffers, produced no noticeable effect on his own. [2] Nor is there any evidence that he composed ‘A White Rose’ – in conscious or unconscious – imitation of Ransom, one of his favoured American poets. I can offer a historical context for the composition, but my observations are only speculative at best.

Both the subject and form chosen are so unusual in Gascoyne’s oeuvre : a love poem (?), and a sonnet, with a well-defined rhyme scheme : I remember him commenting to me that he had written only a handful of them. As in Ransom’s ‘Piazza Piece’, a sonnet with strict rhyme, the diction is a touch archaic, and the tone and ‘voice’ of the speaker here convey a similar kind of courtly formality and restraint. Gascoyne’s speaker employs the adjective ‘spectral’ in the penultimate line, echoing Ransom’s ‘And hear the spectral singing of the moon’ (line 6), while line 5 of ‘Piazza Piece’ reads : ‘But see the roses on your trellis dying’.

A White Rose

Here is a rose that I have plucked for you
That you may have an image that will warn
You of the nature, wan, seeming reserved,
Untimely blown stem marred by massive thorn,
Of him, your friend, the donor. To be true
Was the exhausting task he undertook
Before he knew what probity deserved.
That is, turn where he will a guarded look
And this has blanched him, so that now
It is a rather acrid foliage
The spray of sparse leaves round the bloom,
That sets off his discouraged candour.
How spectral a trophy this, for middle age
To cherish in a warm and dusky room.

(Draft in ‘Commonplace notebook 1948’, Beinecke Library, Yale University.

Transcribed by Roger Scott. © The Estate of David Gascoyne.)

J’ai découvert le texte d’un poème inédit de David Gascoyne, A White Rose, dans son « Carnet ordinaire 1948 », qui se trouve à la Bibliothèque Beinecke de l’ Université de Yale. L’ayant transcrit, à une première lecture le nom du poète américain John Crowe Ransom me vint immédiatement à l’esprit avec les titres ‘The Rose’, ‘Roses’, ‘The Four Roses’ et, plus particulièrement le sonnet ‘Piazza Piece’.
Pendant toute la période la guerre de 1939-45 et après, Gascoyne rassembla l’œuvre de poètes américains, donnant des récitals de poésie dans Londres sous son nom de scène, ‘David Emery’, et conservant la trace des poètes et des poèmes choisis dans divers carnets. Les poètes américains y figurent largement. [3]
Dix programmes de récital sont reportés dans les premiers carnets de Gascoyne datés de 1941 (qui comportent des entrées jusque dans 1942) ; pour la Poésie américaine, par exemple, [Walt]Whitman, [Emily] Dickinson, [Robert] Frost, [Robinson] Jeffers, Ransom, [E.E.] Cummings. Il enregistre qu’il a acheté Grace After Meat (1924) de Ransom dans la boutique londonienne de Zwemmer’s le 29 juin 1944. Plus tard, dans un autre carnet, « Venice 1950 », il retient « Eclogue », « Crocodile » et « Piazza Piece », de Ransom, pour une lecture londonienne.
Il est certain que l’implication profonde de Gascoyne dans la poésie américaine, particulièrement celles de Crane, Wallace Stevens et Jeffers, n’a pas exercé d’impact majeur sur la sienne. [4] Aucune preuve non plus qu’il ait composé « A White Rose » en imitation consciente ou inconsciente de Ransom, l’un de ses poètes américains préférés. Je ne dispose pas de contexte historique autour de sa composition et mes remarques sont au mieux spéculatives.
Et le sujet et la forme choisis sont si inhabituels dans l’oeuvre de Gascoyne : un poème d’amour (?) et un sonnet au rythme rimique bien défini ; je me rappelle l’avoir entendu dire qu’il n’en avait composé qu’une poignée. Comme dans le « Piazza Piece » de Ransom, sonnet un tantinet archaïque, et le ton et la « voix » de celui parle ici expriment une forme semblable de formalité courtoise et de retenue. L’orateur de Gascoyne utilise l’adjectif « spectral » dans l’avant-dernière ligne, en écho à « and hear the spectral singing of the moon » (vers 6), de Ransom et vers 5 de « Piazza Piece » « But see the roses on your trellis dying ».

Une rose blanche

Voici une rose que j’ai cueillie pour toi
Pour te donner une image annonciatrice
De la nature, pale en apparence réservée,
Tige prématurément épanouie gâtée d’une épine massive,
De celui, ton ami, le donateur. Etre fidèle
Etait la tâche épuisante de son entreprise
Avant de comprendre ce que méritait la probité.
A savoir, où qu’il tourne un regard prudent
Il en a blêmi, de sorte qu’ à présent
C’est un feuillage plutôt acre
Brin de feuilles éparses autour de la fleur,
Qui souligne sa franchise découragée.
Quelle funèbre trophée, pour l’âge mûr
Que chérir dans une chambre tiède et crépusculaire.

Notes

[1From 1943 and into the next decade he worked at the BBC, writing and presenting programmes on poetry. After the war ended he spent two to three years planning ‘A Poetic Panorama of the American Spirit : Anthology representing 100 poets’. He told Allen Ginsberg how Edith Sitwell’s already completed American anthology was more acceptable at that time to John Lehmann] than his own, ‘which I soon abandoned and forgot’. See David Gascoyne, Anniversary Epistle to Allen Ginsberg, edited by Roger Scott, London : Enitharmon Press, 2016, p. 11.

[2Unlike the younger Charles Tomlinson. Writing of his early collections, Tomlinson observed that ‘The distinguishable American presences in my work, so far as I can tell, were, up to then [c1956] Pound, Stevens and Marianne Moore’ : American Essays : Making it New (Carcanet Press Limited, 2001), p. 125. See Tomlinson’s The Necklace (1955), Seeing is Believing (1958, 1960).

[3De 1943 jusqu’ à la décennie suivante il travailla pour la BBC, écrivant et présentant des programmes de poésie. Après la fin de la guerre il passa deux années à planifier un « Programme poétique de l’Esprit américain : une anthologie de 100 poètes ». Il confia à Allen Ginsberg qu’Edith Sitwell avait déjà achevé une anthologie de poésie américaine que John Lehmann jugeait alors préférable à la sienne, et « que j’abandonnai rapidement et oubliai ». Voir David Gascoyne, Anniversary Epistle to Allen Ginsberg, edited by Roger Scott, London : Enitharmon Press, 2016, p. 11.

[4À la différence de Charles Tomlinson plus jeune. À propos de ses premiers volumes Tomlinson remarquait que “la présence notable de poètes américains dans mon oeuvre, autant que je puisse dire, était jusque vers 1956 Pound, Stevens et Marianne Mooree” : American Essays : Making it New (Carcanet Press Limited, 2001), p. 125. Voir Tomlinson’s The Necklace (1955), Seeing is Believing (1958, 1960).


temporel Contact | sommaire | rédaction | haut de page